Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Articles récents

Jour bleu

« Je me demande si, par la convocation de ce lieu, c’est mon avenir que je suis venue chercher ou mon passé que je suis en train de retrouver ». Dans ce très joli premier roman il est question de peurs, de désirs, d’espoirs, de craintes. 19 septembre, gare de Lyon, au café du train bleu, lieu …

Lire la suite

Les silences d’Ogliano.

« Ne regarde pas en haut avec envie ni en bas avec dédain Libero. Fais ta route, c’est bien assez ». Ogliano, village à flanc des montagnes de l’Argentu, au sein d’un sud chimérique, que votre créativité de lecteur vous mènera en Corse, Sardaigne, Sicile ou que sais-je, dans une temporalité incertaine, durant quelques heures d’un été, …

Lire la suite

La fille parfaite.

Dans ce très bon roman, Nathalie Azoulai raconte la fille parfaite incarnée par la symbiose d’Adèle et Rachel.  L’une connaît une passion pour les mathématiques, pour l’autre celle des Lettres. A elles deux, ces deux jeunes filles puis femmes couvrent le spectre de la connaissance. « Elle a dit, c’est génial finalement, considère qu’on est les …

Lire la suite

Ubasute.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un premier roman éblouissant inspiré d’une  tradition ancestrale au Japon mise en scène par le cinéaste japonais, Shōhei Imamura, La Ballade de Narayama, (palme d’or en 1983). Ce film qui raconte ainsi l’histoire d’un fils qui porte sa mère mourante jusqu’au sommet des montagnes a très probablement insufflé Isabel Gutiereez  Marie …

Lire la suite

Minuit dans la ville des songes.

« Je suis rien, je le sais, je compose mon rien avec un petit morceau de tout. »Victor Hugo. René Frégni, lui, a composé avec les mots, avec son émerveillement pour les femmes et la littérature. Né déserteur, l’auteur imprègne chaque page de son magnifique roman d’un souffle de liberté. Il raconte cette existence de vagabond à …

Lire la suite

Les maisons vides.

« La vierge le sait mais la vierge s’est tue ».  Laissez vous emporter dans ce mouvement haut en sensibilité où les chapitres parfaitement construits alternent entre l’enfance et l’adolescence de Gabrielle, protagoniste au prénom d’ange, qui va se débattre. « Gabrielle est un soleil maigre. Elle ignore ce qui grouille dans sa gorge et toujours revendique une …

Lire la suite

Lire. Oh ‘dire.  Ode à ce que respire le souffle qui passe de celles et ceux qui écrivent à leur corps défendu en roman ou en vrai, au fond la même chose.  La liberté, chère dame se dit de ce qui distingue les mots, ces mots qui se lisent d’un bout de souffle, en reprenant l’air de rien et du tout engagé en soi et envers  toutes les histoires sans début et sans fin, en fin vers l’imagination dévoilée en pleine tempête.  
Alexandra sélectionne le petit caillou, le livre, celui qui dérange et fait surgir en tête, en premier et avant tout ce qui est le monde et vous livre une petite perle. 
Selon elle. Cela n’engage qu’elle. 
Elle  le partage.
                                                                                                                                                                      Karim Arezki.

%d blogueurs aiment cette page :