Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Articles récents

Fille.

« On ne naît pas femme, on le devient », Simone de Beauvoir. Camille Laurens nous propose ici un texte essentiel, à la fois délicat, ironique et intelligent. Elle manipule le verbe avec talent et joue sur la sémantique, la sémiologie et le signifiant pour inviter ses lecteurs à prendre conscience et nous interroger sur ce qu’est « être …

Lire la suite

Là où chantent les écrevisses.

« Le marais ne les assignait pas à résidence mais il les définissait, et comme tout sol sacré, il gardait jalousement leurs secrets. Nul ne se souciait de les voir occuper ces terres parce que personne d’autre n’en voulait. » Delia owens monte une intrigue bien ficelée autour de personnages méticuleusement travaillés. 1969, le cadavre de Chase …

Lire la suite

Montagnes Russes.

Grâce au talent graphique de Camille Benyamina et la mise en mots de Gwénola Morizur sobre, sensible et humaine, j’ai passé un joli moment de lecture. Elles abordent les émotions fluctuantes, inconstantes telles des Montagnes russes, les hauts, les bas qu’un couple ressent face à ce désir d’enfant, cette maternité impossible. Les couleurs oscillent entre …

Lire la suite

Grâce.

Voici le deuxième roman que je lis de Delphine Bertholon (oui je sais il faut que je rattrape mon retard…) et je dois avouer l’avoir trouvé surprenant !! Me voilà plongée dans un thriller qui frôle le fantastique parce qu’il va être question de fantôme et de maison hantée… et là vous me dites : je ne …

Lire la suite

Le roman de Jim.

Sept ans après sa sortie de prison, le narrateur va rencontrer à nouveau Florence.  Elle a 40 ans lui 25, elle est enceinte de six mois, lui accumule les petits boulots après avoir abandonné ses études, ne s’engage pas dans le monde du travail et trouve un intérêt dans ce monde précaire. Il va partager …

Lire la suite

Un jour ce sera sera vide.

Premier roman métaphorique, allégorique et nostalgique. Hugo Lindenberg se penche avec brio sur l’insularité de l’enfance dans trois parties : Baptiste, les monstres, les mondes engloutis. Le narrateur est  un garçon de dix ans solitaire, dont le silence est son seul héritage. Il passe l’été en Normandie avec sa grand-mère sèche mais aimante et sa tante aliénée …

Lire la suite

Lire. Oh ‘dire.  Ode à ce que respire le souffle qui passe de celles et ceux qui écrivent à leur corps défendu en roman ou en vrai, au fond la même chose.  La liberté, chère dame se dit de ce qui distingue les mots, ces mots qui se lisent d’un bout de souffle, en reprenant l’air de rien et du tout engagé en soi et envers  toutes les histoires sans début et sans fin, en fin vers l’imagination dévoilée en pleine tempête.  
Alexandra sélectionne le petit caillou, le livre, celui qui dérange et fait surgir en tête, en premier et avant tout ce qui est le monde et vous livre une petite perle. 
Selon elle. Cela n’engage qu’elle. 
Elle  le partage.
                                                                                                                                                                      Karim Arezki.

%d blogueurs aiment cette page :