Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Encore un énorme coup de coeur!

Sylvie Le Bihan Gagnaire interroge avec authenticité, audace le rôle de la mère et sa condition dans notre société, la place qu’elle occupe dans la vie d’une femme.

L’auteur libère à travers son personnage insulaire, Giulia, qui vit avec l’abandon de sa mère, une parole: il y aurait une vérité selon laquelle la femme (et l’homme) ne pourrait se réaliser et s’épanouir exclusivement dans l’acte d’avoir des enfants.

C’est le cheminement de cette femme qui, par devoir, a eu ses trois enfants, sa réflexion sur l’existence de l’amour dans cette maternité non choisie.

Ce cheminement se pose à elle comme une nécessité car elle a vécu au travers des autres et dans l’oubli de soi: elle n’est plus qu’épuisement, désenchantement et est prête à imploser.Elle va donc devoir se retrouver en tant que femme, en tant que fille.

Ce livre percutant questionne cette pression sociale qui fait de la maternité une injonction, un instinct.Le dévouement aurait ainsi pour finalité le bonheur…La maternité serait LA réalisation de la femme.

Par l’expression du regret, Giulia va montrer que la maternité relève de l’intime et non de l’universel. Elle va définir ce qu’est l’Amour. Cet amour propre lavé de toute prescription, de toute obligation : il ne peut être imposé. Aimer c’est d’abord s’aimer soi-même, exister et non se sacrifier.

Le style est remarquable, les mots nous heurtent, bouleversent.

Le dénouement est saisissant et nous oblige à faire des retours sur certains passages.

C’est un livre à lire!!

Éditions JC Lattès

Aucune description de photo disponible.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: