Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

"Car il en va ainsi des légendes : elles sont chargées de mensonges plus vrais que la vérité, elles font sourire les sceptiques et applaudir les naïfs."

Une belle fable sociale ponctuée de magie, de merveilleux. Du romanesque comme on en lit rarement.

Nous voici à San Perdido, « ville oubliée de Dieu, royaume du marché noir et de la prostitution » au Panama dans les année 50.

David Zukerman nous conte l’histoire de cet enfant qui surgit un matin dans cette décharge, silencieux, impénétrable surnommé la Langosta et qui deviendra une légende: celle de la Mano, Yerbo Kwinton nom révélé et inscrit pour la première fois sur le verso de la couverture de « Histoire merveilleuse ».

Dans une ambiance de corruption, de sexe, de complots, l’auteur effleure l’histoire du Panama et de ce peuple d’esclaves les cimarrons qui luttèrent contre les espagnols.

Dans cette société inégale où règne l’abus de pouvoir, David Zukerman grâce à un récit parfaitement maîtrisé et dense parvient à nous emmener habilement et nous happer dans l’histoire du défenseur des femmes et des opprimés.Tout au long de notre lecture nous rencontrons des femmes captivantes: Madame, Felicia, Yumna, Hissa.

Donc belle surprise. Belle découverte.

Editions Calmann-Lévy

Aucune description de photo disponible.

Une réflexion sur “San Perdido

  1. Aurelie Fyot dit :

    J’ai beaucoup aimé ce livre, quel voyage, je l’ai lu rapidement sans pouvoir le quitter.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :