Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Un condensé remarquable et surprenant, un immense roman de 124 pages !!

Quelle découverte !

Anthime se promène à bicyclette par une journée d’août. Les sons des cloches raisonnent. C’est le Tocsin.

Le lecteur va suivre cinq hommes (Anthime, Charles, Borcis, Arcenel et Padioleau), appelés lors de cette journée de mobilisation en août 1914.

Blanche attendra le retour de deux d’entre eux…C’est lapidaire, impertinent, caustique.

Jean Echenoz parvient à raconter, retranscrire des carnets de guerre, et décrire cette grande guerre avec un procédé déroutant mais tellement pertinent.

« …Puis, s'arrêtant aussi net qu'il avait surgi, le grondement enveloppant du vent a soudain laissé place au bruit qu'il avait jusqu'ici couvert : c'était en vérité les cloches, qui venant de se mettre en branle du haut de ces beffrois, sonnaient à l'unisson dans un désordre grave, menaçant, lourd et dans lequel, bien qu'il n'en eu que peu d'expérience car trop jeune pour avoir jusque-là suivi beaucoup d'enterrements, Anthime a reconnu d'instinct le timbre du tocsin - que l'on n'actionne que rarement et duquel seule l'image venait de lui parvenir avant le son.Le tocsin, vu l'état présent du monde, signifiait à coup sûr la mobilisation. »
« Les épargnés se sont relevés plus ou moins constellés de fragments de chair militaire, lambeaux terreux que déjà leur arrachaient et se disputaient les rats, parmi les débris de corps çà et là - une tête sans mâchoire inférieure, une main revêtue de son alliance, un pied seul dans sa botte, un oeil. Le silence semblait donc vouloir se rétablir quand un éclat d'obus retardataire a surgi, venu d'on ne sait où et on se demande comment, bref comme un post-scriptum. C'était un éclat de fonte en forme de hache polie néolithique, brûlant, fumant, de la taille d'une main, non moins affûté qu'un gros éclat de verre. Comme s'il s'agissait de régler une affaire personnelle sans un regard pour les autres, il a directement fendu l'air vers Anthime en train de se redresser et, sans discuter, lui a sectionné le bras droit tout net, juste au-dessous de l'épaule. »

Les Éditions de Minuit

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :