Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Lu dans le cadre des 68.

"Elle est si fatiguée. Fatiguée comme un arbre. Il y a tellement de façons de rompre. De façons si différentes qu'on ne croirait pas qu'elles puissent porter le même nom. Il y a la façon qu'a une feuille, discrète, feutrée, préparée, au point que quand elle se sépare de la branche on dirait plutôt un détachement. Il y a la façon qu'a la branche elle-même fracassante, ayant attendu un soir de tempête, n'en pouvant plus de vent et d'effort, pour casser d'un coup, laissant une blessure laide au tronc avec le sentiment persistant d'un manque, d'un déséquilibre."

C’est l’histoire d’une usure, d’un désespoir, de la vulnérabilité, de la honte.

Voici venu le moment de la grande résolution : partir.

Dolorès est une épouse, une mère, une prof de math qui s’accommodait du rapport confortable dans sa vie aux objets, à sa famille tel le robot ménager fiable, silencieux.

Elle se décompose, elle s’effondre de l’intérieur.Elle même devenue la chose de son mari, elle s’écroule. Transparaît ainsi sa fragilité.

Deux axes dans ce livre sont intéressants.Tout d’abord, les personnages : ils sont tous abominables, monstrueux. Sa mère, être égoïste et insensible, le vieil ami, mi fermier mi rentier qui donne un sens à la vie via le chagrin et le renoncement, son fils, David, petite boule de refus destructrice et cruelle, la banquière « philosophe », l’avocate, acide, grossière, brutale. Enfin, Christophe, son mari riche, protecteur, pervers qui la réduit à l’état de loque, de dépendance. Il fait de Dolores une moins que rien.Elle va avoir la force de combattre cet état de soumission pour replonger à nouveau… tel est le dénouement de chacune de ses histoires : la rupture.

Le second axe qui peut être relevé dans ce roman c’est la place que réserve Dolores aux objets et le parallèle qu’elle en fait avec sa déliquescence.

Malgré ces deux entrées, les répétitions, les longueurs peuvent agacer. Ce roman ne m’a pas déplu mais je n’en ferai pas mon coup de cœur de la semaine 😉.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :