Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Chicago, début des années 50.

Eliza Donnelley, bourgeoise américaine, mère de famille d’un jeune Tim, mariée à Adam Donnelley homme d’affaire, promoteur et citoyen considéré, dispose de tous les ingrédients dans sa vie pour composer la mélodie du bonheur.

Cette femme progressiste, empreinte de valeurs s’insurge contre la ségrégation.

Mais voilà que nous la retrouvons au début de ce roman terrorisée dans un hôtel de passe, condamnée à l’exil, à l’invisibilité, à « une existence de surface », à vivre au présent. Eliza abandonne son fils mais emporte avec elle son Rolleiflex.

Nous sommes à Paris, dans le quartier de St germain des près.

Elle va enterrer son prénom et devenir Violet Lee, tout comme Rosa et son fils, Tim, qui deviendra Martin. Ce roman est une histoire de destins qui s’entremêlent.

Mais pourquoi cet Exil ?

Dans ce Paris elle y rencontre des personnages et l’Amour avec le mystérieux Sam qui l’aidera à prendre conscience d’un corps disparu et le musicien de jazz, Horacio. En 1968 un événement va faire qu’elle va pouvoir retourner à Chicago, ville qui a ses propres codes, où règnent la haine et les injustices, disloquée en territoires de gangs, où les émeutes font rage contre la corruption, le capitalisme, la cupidité et le racisme. Les étudiants, les noirs, les hippies, contestent l’ordre établi, revendiquent l’obtention de leurs droits civiques, s’accrochent à des valeurs, poseront la légitimité de la guerre (en l’occurrence celle du Vietnam). Le révérend Martin Luther King a été assassiné à Memphis, John puis Bobby Kennedy l’ont été également. Les black Panthers s’élèvent. Richard Nixon sera élu par la majorité.Tim est devenu un adulte engagé à l’image de son grand-père et de sa mère.

Eliza prendra part à ces émeutes en tant que journaliste, deviendra une femme révélée à l’image de ses photos plongées dans le révélateur. Car on ne peut que souligner la place indéniable accordée à ce Rolleiflex et du rôle majeur de la photo dans la vie de notre héroïne. Cet appareil lui permettra d’être partout tout en restant invisible. Ses photos révèleront le sens et la beauté cachés de ce et ceux qu’elle saisira, parleront d’elle. Avec son objectif pour rempart, elle risquera, aimera, s’engagera, survivra, apprendra à voir et deviendra libre. Elle s’est confondue et ressurgira.

Un très beau roman, une histoire de valeurs, de destins, d’espoir même si je dois avouer que nous pouvons nous perdre parfois dans les méandres de l’Histoire et de la multitude des évènements politiques.

Editions Grasset et Fasquelle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :