Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

"Il faut toujours se méfier des romanciers. Quand le réel leur déplaît ils le remplacent par une fiction ».

« Papa » ou comment La littérature peut sauver un individu ?

L’auteur de « microfictions », Régis Jauffret, dans son roman, crée un personnage romanesque. Il met au monde un père. Tout commence devant un écran de télévision le 19 septembre 2018. Sept secondes d’un film mystérieux et invraisemblable projettent un père menotté terrorisé entre deux gestapistes et vont faire appel à la mémoire d’un fils.

Cet événement déclencheur va modifier le regard que l’auteur porte sur son père. De là démarre le travail de mémoire et de reconstruction qu’implique l’écriture. Il va interroger la position du souvenir et sa légitimité à se plaindre alors qu’il a été choyé.

Le passé reste une création : le lecteur oscille entre la réalité et des histoires imaginées.Nous voici en fait devant une vraie déclaration d’amour à ce père disparu : Alfred, le père, devient Papa !Régis Jauffret recherche, à travers tout un travail d’imagination, le père qu’il n’a pas eu.

Il va rédiger le portrait d’un mystère, ce non-père, ce « petit peu » de père, absent, sourd, banal, bipolaire sous neuroleptique avec lequel il n’y avait aucun problème car pas de communication. Il était là, il existait.

En l’inventant il le trouve et le découvre et lui donne une existence, un sens.

L’écriture va le réconcilier avec cet homme qu’il aura embelli.

Le roman devient ainsi le réel.

C’est à lire!!!!

Editions du Seuil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :