Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Le duel avec son double est « The » sujet de la littérature.  L’acte d’écrire n’est il pas en soi un acte de dédoublement ? L’écrivain ne se projette-t-il pas dans ses personnages imaginaires puisés au plus profond de lui-même?  Le double cette relation entre deux entités, celui qui est à mon image, mais qui n’est pas moi ? …

Lire la suite

« l’Histoire se fait au plus près des êtres, elle influence les vies comme les mains modèlent l’argile » « Les grands moments de l’histoire sont la consigne de nos souvenirs personnels ». Et bien on peu dire que ce récit est foisonnant !!! Et ce fut un régal d’autant que j’ai ouvert les pages de ce roman alors qu’on …

Lire la suite

Je me rappelle avoir un jour réalisé l’importance qu’avait mon corps pour notre famille. Pas mon intellect, ni mes ambitions littéraires. Pas la personne que j’étais, avec mes trente-cinq ans d’expérience. Uniquement mon corps. J’étais nue devant le miroir après avoir retiré mon sweat-shirt couvert de la purée de petit pois que Sam avait crachée. …

Lire la suite

« On ne souligne pas les choses, on les suggère. On a recours à un peu de subtilité, on pousse le spectateur à faire le travail». Dans ce récit mêlant fiction et réalité autour du réalisateur américain Billy Wilder, Callista, sextagénaire, plonge dans ses souvenirs. Cette assistante naïve et traductrice candide, compositrice de talent arrive à …

Lire la suite

« Ma mère, elle avait beau me frotter, m’éponger et me frotter encore, ça ne servait à rien, derrière sa dureté, elle avait toujours peur, elle était toujours triste. Elle était triste d’être une femme et elle avait peur que j’en sois une aussi. Alors elle nous lavait toutes les deux incessamment de la tache de …

Lire la suite

Le titre est plutôt parlant me direz-vous et fait effectivement référence à cette phrase biblique prononcée par Jésus: « Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ». Odran est coupable, il est celui qui s’y refuse, le parfait dévot, un lâche exaspérant, contraint d’interroger ses silences afin d’écarter ses œillères, acculé devant une …

Lire la suite

Tant qu’il reste des îles « C’était ça, pour un marin, la magie d’une île. L’effort de la traversée contre la promesse d’un abri. » Aujourd’hui, je vais vous parler du Second roman de Martin Dumont que j’ai découvert également grâce aux 68 avec «le chien de  Schrödinger». On y retrouve toute la sensibilité de l’auteur à travers …

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :