Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

Encore une fois nous voici face à un objet littéraire qui met en scène un clan orgueilleux, excentrique, singulier, impertinent, résistant, attaché à ses racines qui luttera pour défendre la mise en péril du château de Montrafet qui s’élève en pays Cathare sur les contreforts des Corbières.

Les Testasecca, famille composée de Pierre (le baron perché protégé par Loghauss, démone de Montahut), Léon (le minotaure des corbières), Diane, Clémence (ingénieux voilier en suspension, fée, labyrinthe), Bendico, (le chien), vont mener une guerre sous la plume de Guillaume Sire qui régente un lexique foisonnant, riche, précis, élabore tel un expert averti des descriptions savantes, extrêmement visuelles. Ils font corps avec le métal, le bois, la pierre, le feu.

Guillaume Sire parvient à nouveau, à nous emporter dans son univers, cette fois-ci baroque et lyrique tout en maniant la métaphore, les légendes, les symboles, les références mythologiques avec virtuosité.

L’exode des chevreuils dans ce paysage de chênes, de genets, de désert, de vignes bordées de rosiers, de lauriers est une ode à cette magnifique région.

Donc ce qui n’est pas impossible c’est que vous succombiez une nouvelle fois au talent de cet auteur qui parvient à créer une atmosphère stupéfiante.

Une réflexion sur “Les Contreforts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :