Le petit caillou dans la chaussure

Blog littéraire d'Alexandra Lahcene

« Il y a toujours une part de nos créations qui nous échappe, n’est-ce pas ? » Géraldine Jeffroy, j’ai lu, j’ai aimé et je vais modestement chroniquer ce laconique et délicieux roman. J’avoue avoir un peu la pression pour cette chronique d’autant que j’ai eu l’effronterie de transporter l’auteur sur le siège arrière de mon bolide …

Lire la suite

« Si nous ne sommes pas capables de croire à une histoire juste parce qu’elle est belle, à quoi bon faire ce métier ». Une pépite éblouissante ! Trois paléontologues, un guide et une marionnette suite à une histoire contée par une petite fille vont partir en expédition dans les Alpes entre la France et …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68. « Le seul endroit sur terre dont je peux revendiquer l’appartenance est le périmètre de ma peau. C’est là le seul, le vrai lieu qui est le mien ». Un premier roman raffiné, sensuel et poétique.La narratrice, jeune femme d’origine vietnamienne, photographe, va devoir se rendre au Laos suite …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68 « Le temps qui passe n’a sur nos vies que peu de prise. Les plus profondes blessures nous sont infligées en un éclair. Celles auxquelles on ne s’attend pas. » Un livre coup de cœur dont on ne sort pas indemne !Sacha, ancien grand reporter, devenue critique gastronomique, reçoit …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68. Un premier roman qui raconte le lieu fascinant de la Salpêtrière. Nous sommes au XIXème siècle. Chaque année est organisé le bal des folles, bal costumé où tout le Paris mondain se déplace pour aller voir ces femmes qui suscitent la curiosité moqueuse mais aussi charnelle, l’attrait paradoxal, à …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68. C’est à lire les amis et vous avez vu je n’ai pas mis ce joli substantif au féminin…. « C’est que du bonheur… » Cette injonction sociétale, cette esthétisation de la maternité, cette convenance, l’auteur en fait un roman ou un manifeste devrais-je dire. Ce violent cataclysme va interroger …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68 premières fois. Le rideau se lève. « Après la fête, au fusain du jour, la ville s’esquissa lentement». Sur fond de NTM et de musique populaire, Paris se lève.Ses désirs, ses aspirations, ses certitudes, son tumulte, ses quartiers, ses odeurs, sa mémoire. C’est un lendemain de fête qui est …

Lire la suite

« Ce qui nous lie ce sont les enfants que nous avons été. » Lu dans le cadre des 68 premières fois. C’est l’histoire d’une éducation sentimentale et sexuelle dans le quartier de la goutte d’or, cette République des sans sommeil, à Paris XVIIIème. Abad, 13 ans, est un jeune d’origine libanaise qu’on n’écoute pas et …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68. « Elle est si fatiguée. Fatiguée comme un arbre. Il y a tellement de façons de rompre. De façons si différentes qu’on ne croirait pas qu’elles puissent porter le même nom. Il y a la façon qu’a une feuille, discrète, feutrée, préparée, au point que quand elle se sépare de …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68 premières fois. Olivier Dorchamps, dans ce premier roman, aborde la question du rapport aux origines, de la famille, de son histoire et ses secrets. C’est l’histoire de trois frères qui grandissent à Clichy dans une famille originaire du Maroc. Ali, avocat, refuse de commencer sa vie avec des stigmates …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68 premières fois. On est en 1982 : La dernière séance, MJ, Le radiocassette, les pots de confiture sur le papier peint, les Stan Smith, Pierre, Bellemare, les drôles de dame, David Bowie traversent la vie d’une famille : Jeanne, Paul, Violette, Marc et Bertrand. Et puis la chute. Paul, …

Lire la suite

Un vrai coup de cœur pour ce roman et ma première lecture pour cette saison des 68 premières fois. C’est l’histoire de trois générations, trois points de vue, trois narrations : Immaculata, Blanche et Stokely. C’est l’histoire d’une relation malhabile entre une mère et sa fille, une parole, un silence, des secrets. C’est l’histoire d’un …

Lire la suite

Lu pour les 68 premières fois. Un premier roman intéressant, solaire, parfaitement mené. C’est l’histoire de Richard, personnage inspiré de Dick Fosbury, de son entrée dans la légende du sport grâce à son Fosbury Flop. Une histoire d’un combat, de volonté, d’énergie, de dépassement de soi, d’instinct, de détermination, de conviction.C’est l’histoire d’une quête pour …

Lire la suite

Lu dans le cadre des 68 premières fois. Le matin nous suit chaque jour silencieusement, insidieusement, puis un jour nous saute dessus férocement. C’est l’histoire de Billie, quatorze ans, atteinte d’un mal étrange, inconnu, et dont la vie s’étiole jour après jour. Une tumeur ? Un chardon ? C’est l’histoire d’Alma, lectrice de Boris Vian, …

Lire la suite

Pourquoi passe-ton à l’acte d’écrire? A travers l’histoire d’un chassé croisé, d’une rencontre de deux destins, entre phrases et croquis, Sophie Lemp, avec une écriture délicate, raconte la création. Ecrire pour s’appréhender, pour immortaliser, signifier, se souvenir. Ecrire parce que c’est une fatalité. Et cerise sur le gâteau Léonard Cohen et Bashung…Tout était réuni pour …

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :